Huguette Bourdon démissionne ….

HUGUETTE

Huguette Bourdon nous a annoncé il y a quelques temps son intention de se consacrer davantage à sa famille. Elle souhaite prendre du recul par rapport à la vie politique Marseillanaise et renonce à son poste de conseillère municipale, tout en nous indiquant « qu’elle sera toujours là pour épauler le groupe Marseillan Bien Thau »..  Merci  pour tout Huguette !!!

 

Sylvie Ortin, nouvelle conseillère …

Sylvie

En remplacement de Huguette Bourdon, une nouvelle conseillère municipale devrait rapidement être nommée par Yves Michel, selon l’ordre de la liste menée par Williams Méric. Ce sera donc Sylvie Ortin, bien connue à Marseillan. Elle travaille comme conchylicultrice au côté de son époux, Philippe, président de la section régionale du syndicat des conchyliculteurs, le premier syndicat professionnel de la Méditerranée.

Interview exclusive de notre envoyé spécial :

Marseillan Bien Thau : « Bonjour Sylvie ! Tu remplaces désormais Huguette Bourdon en tant que conseillère municipale. Peux-tu nous rappeler pourquoi tu figurais sur la liste de Williams Méric aux dernières élections ? »

Sylvie Ortin : « J’étais sur sa liste d’abord parce que Williams me l’avais proposé. C’est quelqu’un avec qui j’ai eu plaisir à travailler dans un cadre professionnel. Le courant est très bien passé entre nous : il est à l’écoute, ce qui est rare chez les élus. Je me suis engagée ensuite par citoyenneté. Je crois que chacun à un rôle à jouer dans sa ville. »

Marseillan Bien Thau : « Hormis bien sûr ton métier et l’Etang, quels sont les secteurs où tu te sens le plus à l’aise pour intervenir ? ».

Sylvie Ortin : « Comme je te l’ai dit, je veux avoir une démarche citoyenne. Je suis avant tout maman de deux filles ; c’est pour ça que je suis devenue déléguée parent d’élève au collège. J’ai eu envie de m’impliquer pour que les choses bougent. J’ai aussi travaillé à la maison de retraite. C’est dommage de voir les personnes âgées aussi isolées. Ce n’est pas la faute du personnel, mais le lien social disparaît. »

Marseillan Bien Thau : « Tu as des solutions ? »

Sylvie Ortin : « Il y a des choses simples qui pourraient être mises en place, comme des rencontres entre générations. Ça ne coûterait pas cher et cela ferait énormément plaisir aux personnes âgées et les enfants apprendraient beaucoup. On peut aussi envisager pour les personnes âgées des accueils de jour ; pour cela, il faudrait pour cela 3 ou 4 employés spécialisés pour animer les journées. Ce n’est pas irréaliste pour une commune comme Marseillan. Méric avait commencé à faire pas mal de choses pour les jeunes, avec le PIJ par exemple, ou avec les aînés avec le programme PIED ; c’est dommage de ne pas pousser davantage … Y’a encore plein de jeunes qui disent s’emmerder à Marseillan … »

Marseillan Bien Thau : « Tu sais qu’ en tant que conseillère municipale d’opposition, ton rôle sera limité, puisque c’est la majorité qui décide. »

Sylvie Ortin : « Oui, je sais, c’est comme ça. Mais on a quand même un rôle à jouer ; je crois au dialogue. Il faut être constructif. J’ai des amis qui ont voté Yves Michel, parce que c’était un copain de classe, ou quelqu’un qu’ils connaissaient en bien parce qu’il s’occupait du foot. Avec ces personnes, on n’est pas d’accord, mais on discute et ça se passe bien. Être conseillère municipale, c’est un plus car cela me permettra de connaître les dossiers en cours, et notre boulot c’est de mettre au courant la population. Mais Il y a des domaines où il faut que j’apprenne, parce que j’arrive en route. Les finances, par exemple … J’ai quand même suivi les débats sur la situation budgétaire de la ville, les 5 millions d’emprunts de cette année et les dépenses à tout va. »

Marseillan Bien Thau : « Comment juges-tu alors la politique de Yves Michel ? »

Sylvie Ortin : « Parce que Yves Michel a une politique !? »

Marseillan Bien Thau : « Euh … »

Sylvie Ortin : « Je dois aussi apprendre à être moins impulsive dans mes interventions, à être plus diplomate … »

Marseillan Bien Thau : « Au contraire, je pense que les gens en ont assez des discours formatés ; ta présence au Conseil municipal sera la bienvenue. Merci Sylvie et bonne chance pour la suite ! »