Le week-end de Pâques a été marqué  à la fois  par une météo bien capricieuse et un événement de voile reporté de la mer vers l’étang.

La coupe internationale de l’Optimist initialement prévue à Marseillan plage n’a pu se dérouler convenablement dans l’enceinte du port de la station balnéaire récemment rénové.

Les organisateurs et la municipalité ont donc dû, à juste titre pour des raisons de sécurité,  se rabattre sur un autre « spot » comme on dit  dans le jargon  de la voile. Et c’est là, que Marseillan Bienthau attendait au virement de bord  notre municipalité.

Le site de Tabarka fut choisi pour accueillir cette régate internationale. Du coup, les habitants du quartier ont vu « débarquer » très tôt le matin, un nombre impressionnant de participants équipés d’un matériel tout aussi imposant nécessaire à la compétition.

Cependant, certains Marseillanais, pas vraiment habitués à voir un tel déploiement de force pour en découdre avec Eole, nous ont posé la question qui fâche : « Pourquoi tous ces enfants transformés en jeunes loups d’Etang pour l’occasion, ne sont-ils pas du côté de l’école de voile construite pour ce genre de manifestation ? ».

 

Bon raisonnement mais hélas, on ne peut que déplorer une mauvaise anticipation politique depuis de nombreuses  années.

Un petit rappel est primordial pour bien comprendre comment nous en sommes arrivés là :

La campagne municipale de 2001 a été une lutte sans merci entre élus et futur élus surtout concernant 2 sujets complémentaires dans la gestion de notre village. Le collège et l’école de voile.

L’équipe en place menée par J. Benoit voyait d’un très bon œil l’implantation d’un collège sur le site de l’ancien camping de Tabarka. Il était donc logique pour eux de positionner l’école de voile coté ouest de la zone technique du port.

Pour cela, il a été mis en place dès 1999, avec l’appui bienveillant du conseil portuaire et des représentants de la plaisance de l’époque, une procédure qui consistait à changer les limites administratives du port, face la cave coopérative, afin de permettre la construction de l’école de voile totalement financée et à la charge des Marseillanais.

La liste de W. Méric, opposée à cette vision de développement, réussit tout de même après son élection, à obtenir la création d’un collège sur son emplacement actuel, proche des établissements sportifs, mais en revanche, elle arriva trop tard pour mettre en œuvre sa proposition de coupler une école de voile et un parc urbain sur le site de Tabarka.

Moralité lors de ce week-end de Pâques, l’ensemble de la population et certains passionnés de la plaisance ont pu s’apercevoir à regret que Marseillan se retrouve actuellement par manque de vision à long terme, avec une école de voile payée par les Marseillanais eux mêmes, enclavée dans une zone technique et limitée pour accueillir de telles manifestations nautiques si bénéfiques à l’économie de notre village.   

 

Patrick Etienne

Ancien conseiller municipal

Délégué aux ports