Voici ce que nous écrivions ici même dans notre compte rendu du dernier conseil municipal, à propos de la rénovation du théâtre qui nous avait été projetée sur écran  :

 « Sur la forme, ce qui nous a été donné à voir semble un joli projet, mais fera ressembler l’intérieur du théâtre davantage à une salle de cinéma multiplex qu’au typique théâtre à l’italienne que nous connaissons : les balcons seront en effet supprimés car « non conformes aux normes actuelles » selon le maire".

Pour résumer, le maire nous avait vendu son projet de la manière suivante : « Si nous voulons rénover notre théâtre, il faut supprimer les balcons. Les architectes nous l’imposent par souci de sécurité ». Et notre premier magistrat de pleurer sur notre pauvre théâtre, mutilé par la faute des normes actuelles … Ce que nous avons également déploré dans notre compte rendu :

« C’est bien là le point le plus dommageable pour nous : la plupart des grands théâtres français ont été érigés sous le Second Empire ou au début de la 3ème République. Ce n’est pas pour cela qu’on a détruit tous balcons, baignoires ou autres paradis sous prétexte de sécurité. Vous l’aurez bien sûr compris, nous ne voulons pas jouer aux « pousse-au-crime » en permettant aux enfants de grimper à 4 mètres de haut avec pour seule protection une rambarde d’un mètre, mais nous pensons qu’il devait exister forcément une solution architecturale permettant de sauvegarder l’esprit des constructeurs de 1919. Le maire a déclaré le regretter lui aussi, répliquant que le projet retenu avait reçu l’aval de l’ordre des architectes. Peut-être … mais ce que nous gagnerons en modernité, nous le perdrons nécessairement en cachet ». 

Ainsi, parce que nous étions pour la rénovation du théâtre, nous avons voté pour l’enveloppe de 2,8 millions prévu par la ville, et ainsi pour le projet de démolition des balcons, la mort dans l’âme.

Une fois de retour à la maison, nous nous sommes posés des questions. Nous avons ainsi demandé à consulter le cahier des charges de la rénovation du théâtre, comme nous vous l’avons expliqué dans l’article précédent, manière de vérifier les dires de Monsieur le maire. (1)

Et là, surprise !!!! Hormis les fabuleux croquis sans queue ni tête, nous savons maintenant qui a, en réalité, exigé la démolition du charmant agencement intérieur de 1919. Ce ne sont pas les architectes, mais bien Yves Michel en personne !!!!!

La preuve écrite noire sur blanc : on cite le bureau d’étude « maître d’œuvre de la rénovation du théâtre » qui a travaillé d’après le cahier des charges, rédigé à la demande des élus de la majorité.

En effet, dans ce programme, on trouve :

page 17 :" les balcons .... n'ont pas d'intérêts architecturaux ;"

page 18 :" le cadre de scène et l'habillage des balcons ...sans caractère majeur ;"

ce qui conduit à la demande, page 36 :" supprimer la mezzanine ", ce qui revient à dire: supprimer tout l'intérieur du théâtre !!!!

 Il n’est nullement fait allusion, dans le cahier des charges de la majorité, à une quelconque « dangerosité » des balcons !!!!!

 

Présentation1

 

 

 

 

Voici donc à quoi ressemblera l'intérieur du théâtre, selon les vœux de notre maire, si la population ne se mobilise pas pour faire échec à ce projet (2). Il n’est pas trop tard pour réagir et nous allons continuer à faire circuler une pétition qui devra recueillir le plein de signatures afin de stopper ce qui s’annonce être une des pires catastrophe architecturale qu’a connu Marseillan au cours de ces 50 dernières années.

Et puis, tant qu’à faire, le maire pourrait aussi dynamiter la Marianne : elle empêche les bistrots d’occuper la totalité de la place de la République ….Ben oui, ça manque d’utilité, ces trucs en pierre qui servent à rien !!!!!

 (1)    Le cahier des charges est un document public, mais ne fait pas partie des pièces obligatoirement communicables aux élus du conseil municipal. Donc si vous ne le demandez pas, vous ne l’aurez pas !

(2)    Vue d'architecte délivrée par les services de la ville, illustrant le projet retenu par le maire.  

 

 

L’avis de l’expert

 Nous avons fourni à notre collaborateur Jean Pierre Dacher le cahier des charges de la rénovation du théâtre, afin qu’il nous donne son avis sur la question. Voici son verdict …

« Il ne m'a pas fallu 5 minutes pour trouver les failles dans le " PROGRAMME TECHNIQUE DÉTAILLÉ " concernant la réhabilitation du théâtre Henri Maurin , conduisant à ce qui sera certainement irrémédiable , à savoir , destruction de tout l'intérieur de l'actuel théâtre. Adieu : balcon ,mezzanine , encadrement de scène ,etc , tout ce qui faisait l'identité , le charme , l'exclusivité du théâtre de Marseillan .

Les architectes retenus pour concrétiser "architecturalement" la réhabilitation ; ne sont pas fautifs, ils donnent une réponse satisfaisante  à la question posée uniquement par un "programme technique détaillé ".

AVANT d'élaborer un programme technique détaillé qui conduit à un véritable massacre, il aurait fallu se soucier de ce qui faisait l'IDENTITÉ du théâtre. Réhabiliter le théâtre , c'était faire de sorte que le coeur  l'âme , l'esprit, la mémoire du lieu chers aux marseillanais ne soient pas détruits.

Réhabiliter un monument ce n'est pas qu'une histoire de béton , de portes, de sols ... de matériaux en tout genre , c'est surtout une histoire de vécu historique sensible .

AVANT , donc, il aurait fallu faire un programme, une approche sensible, du lieu ,de son contexte sociologique lié à la mémoire des habitants de Marseillan . En fait il n'y a qu'une demande exclusivement et bassement matérielle. Il aurait été normal que, dans l'équipe municipale chargée d'élaborer la demande , l'adjoint à la culture soit sollicité et impose une vision sensible dans tous les sens du terme ( à condition d'en avoir les capacités) pour écrire le préambule nécessaire à toute réhabilitation. C'est toujours sur le sensible psychologique,( en opposition à un fonctionnalisme matériel)que se fait l'acte du choix: pour preuve, on n'achète pas un siège que pour s'asseoir dessus..... sinon , tous les sièges auraient la même forme ! 

UN ACTE MANQUÉ, voilà à quoi se résume la réhabilitation du théâtre de Marseillan ».

 

Jean-Pierre DACHER

Professeur agrégé en arts appliqués,

Ancien formateur d’architectes et d’architectes d’intérieur,

Ancien formateur en design d’environnement et en design de communication