Freddy Farré nous a quitté, victime d’une longue maladie. Conformément à l’ordre de la liste présentée par Williams Méric lors des élections de 2008, Jean-Louis Campos lui succède et devient notre nouveau conseiller municipal...

 

Marseillan Bien Thau : Jean Louis, peux-tu nous rappeler en quelques mots ton parcours ?

Jean Louis Campos : « je suis Pied Noir, puisque je suis né à Oued Imbert, en Oranie. Après l’indépendance de l’Algérie, je me suis installé d’abord à Balaruc et enfin à Marseillan où j’habite depuis 1972. J’ai travaillé dans un premier temps comme stratifieur, puis je suis entré à la SDEI comme fontainier jusqu’à ma retraite récente. J’ai toujours été militant : à la CGT, dès mon arrivée dans le monde du travail, et au Parti Communiste depuis bientôt 40 ans ».

 

MBT : Et ton engagement au service de la ville ?

JLC : « La gauche était désunie avant les élections de 2001 et nous n’avions aucune chance de l’emporter si l’union ne se faisait pas ; nous en étions conscients et le Parti Socialiste aussi. Williams Méric a su faire en sorte que cette union fonctionne durant la campagne et pendant tout le mandat 2001-2008. Une élection municipale n’est pas une élection nationale, ce n’est pas le même contexte. Cependant, je crois qu’il faut toujours être fidèle aux valeurs que l’on défend : être élu, c’est faire de la politique ».

 

MBT : Quel était ton rôle durant le mandat 2001-2008 ?

JLC : « J’étais conseiller municipal délégué aux travaux. C’est à dire que je suivais la bonne exécution de ce qui avait été voté en conseil municipal, et je tâchais de répondre aux demandes quotidiennes des Marseillanais. Je suis très sensible à ça. Comme lorsque j’étais à la SDEI ; nous devions un service aux abonnés, riches ou plus modestes, parce qu’ils payaient pour ça. Rendre service aux gens, répondre à leurs attentes, ce n’est pas faire du clientélisme, c’est mener une réelle politique de gauche ».

JEAN LOUIS C

MBT : Comment comptes-tu accomplir ton nouveau mandat ?

JLC : « Je sais que dans l’opposition notre pouvoir est limité. J’étudierai tous les sujets à l’ordre du jour du conseil municipal sans a priori. Mais ce qui m’énerve le plus dans les discours d’Yves Michel, c’est qu’il répète tout le temps que nous n’avons rien fait ! Ça je ne le supporte pas ! Yves Michel a passé une grande partie de son mandat à casser ce que nous avons réalisé, comme la passerelle sur le port à Marseillan Plage, ou alors il a tenté de récupérer à son compte nos réalisations. Le cœur de ville, ce n’est pas lui, c’est Méric !!!! On ne le dit pas assez !!!! Ensuite, il a dépensé l’argent de la commune sur des opérations disproportionnées. Je pense par exemple à l’avenue de la Méditerranée à Marseillan Plage. Esthétiquement parlant, le projet est réussi. Mais à qui va t-il profiter ? Aux commerçants de l’avenue. C’est bien pour eux, d’accord. Mais jamais il n’y aura un retour sur investissement à hauteur des 3 millions dépensés. Ce n’est pas ça, faire du développement économique ! Ça aussi, il faut le dénoncer ! ».

Merci Beaucoup Jean Louis et à très Bien Thau pour le prochain conseil municipal !