Le conseil a été plus long que prévu : au lieu de se terminer à 19H30 selon mon pronostic, nous sommes sortis à 20H15 … Rien que les deux premiers points (le DOB et la vente du camping) nous ont occupés 1H30 sur 2H15. Autant dire que les 12 autres points ont été rapidement adoptés.

En préambule …..

Encore des erreurs !

Comme chaque fois ou presque, malheureusement :

Yves Michel : « Des remarques sur le dernier compte rendu ? ».

David Sauvade : « Oui, il fait état d’une double procuration donnée à notre éminent collègue Gérard Bruno [adjoint aux travaux NDLR] lors du conseil du 20 décembre, ce qui est illégal ».

Yves Michel : « Ah … je laisse la parole au directeur général des services ».

Michael Gueylard : « Je ne sais pas … Ce doit être une erreur ….  Nous allons faire des recherches ».

David Sauvade : « Une autre erreur également sur votre dernière décision modificative budgétaire relative à la rénovation du CCAS. Habituellement, nous votons contre vos décisions modificatives au motif que nous rejetons vos budgets. Mais là, vu la nécessité des travaux, nous n’avons pas voté contre, ainsi que cela apparaît dans votre compte rendu. Nous nous sommes abstenus, il faudra le rectifier ».

Voilà encore une fois ce qui se passe quand on manque de rigueur !!!!

Bon allez, on attaque par le vif du sujet avec le point 1….

 

Point Numéro 1 : Débat d’orientation budgétaire (ou DOB) 2013

Le DOB, on vous l’a expliqué, sert à présenter les grandes lignes de la politique du maire pour l’année en cours.

Dans un document d’un peu plus de 20 pages, Yves Michel (c’est pas lui en fait, c’est le cabinet privé payé pour le faire à sa place qui s’en est chargé) a expliqué que la conjoncture internationale resterait morose pour 2013, et que les budgets des Etats en seraient affectés. Conséquence, les aides accordées aux communes (les dotations) progresseraient seulement de 1 à 2%.

Notre maire s’est félicité de la bonne qualité de son épargne de gestion (2,5 millions) et s’est livré, au travers de nombreux tableaux, à un comparatif entre Marseillan et les communes Héraultaises de la même strate démographique, entre 5 et 10 000 habitants.

Selon notre premier magistrat, il en ressort que, sur 29 communes (attention ! dans les tableaux fournis 1 = le plus mauvais et 29 = le meilleur) :

La capacité d’autofinancement (les sous dont on dispose pour payer les travaux) place Marseillan en milieu de tableau.

La ville est la 9ème plus mauvaise pour sa taxe d’habitation, mais  24ème pour sa taxe foncière.

Marseillan est la 4ème plus mauvaise pour ses charges de fonctionnement et de personnel, et la 3ème plus mauvaise pour ses charges générales.

En dette par habitant, nous sommes numéro 2 !!!!

mauvais_rang

 

Yves Michel a tenté de tempérer ces résultats en les commentant :

« Nous sommes 9ème en taxe d’habitation certes, mais nous sommes la seule commune, avec Frontignan, à avoir conservé les abattements à la base, qui permettent de diminuer le montant des impôts pour les foyers les plus modestes » … « Notre taxe foncière est clairement plus basse qu’ailleurs »… « Pour les charges de personnel, les chiffres sont à prendre avec du recul. Ils ne tiennent pas compte des employés transférés aux agglos, ce qui rend les comparaisons difficiles »… « Les villes touristiques sont un cas à part : Par exemple, nous avons 40% de résidences principales et 60% de résidences secondaires. La dette par habitant ne devrait pas être calculée sur les seuls 8000 Marseillanais habitant à l’année »…. « Ces chiffres doivent être affinés sur des comparaisons à plus long terme »….

Vu avec le petit bout de sa lorgnette, ces analyses permettent selon le maire de poursuivre sa politique de fuite en avant : il compte investir 5 millions d’euros en 2013 !!!!!

 

Williams Méric : « Vous n’avez pas inscrit dans la liste des travaux la gendarmerie. Pourquoi ? ».

 

Yves Michel : « Nous en avons déjà parlé. Je suis en attente d’une décision de l’Etat sur la forme du bail. Si nous trouvons un accord rapidement, la gendarmerie sera inscrite au budget de cette année ».

 

David Sauvade : « Je vous remercie de nous avoir fourni un DOB très complet ; Je suis assez d’accord avec vous sur un point : les stations touristiques supportent des charges de fonctionnement plus élevées que les autres communes. Pour preuve, les 5 stations balnéaires figurent dans les 10 plus mauvaises en matière de charges à caractère général.

Vous souhaitez faire des comparaisons sur le long terme, avez vous dit : Je les ai faites pour vous justement,  en élargissant à la France entière. Voici le résultat :

2007, dernier budget plein de Méric. Dépenses de fonctionnement : 10 670 000 euros.

2011, dernier budget d’Yves Michel connu. Dépenses de fonctionnement : 15 518 000 euros.

Soit une hausse de 45% des dépenses courantes depuis votre élection. C’est le signe flagrant d’un budget non maîtrisé !!!

Vous êtes ainsi contraint de tirer sur tous les leviers pour engranger encore et toujours plus d’argent !

Les impôts :

Produit de l’imposition en 2007 : 4 635 000 euros.

Produit de l’imposition en 2011 : 6 071 000 euros.  Soit 31% de plus !!!!

Vous allez me répondre comme vous faites habituellement : « C’est parce que la population a augmenté, et cela impacte naturellement les recettes de la ville, car vous le savez, je n’augmente pas les impôts au-delà de l’inflation et du coût de la vie » !

C’est faux !!! Les Marseillanais pourront aisément le vérifier en comparant leurs feuilles d’imposition entre 2007 et 2011. Comme vous ne maîtrisez pas votre budget, voici le résultat de votre politique :

Depuis votre élection, vous avez augmenté les impôts en moyenne de 120 euros par habitant, alors que dans les villes de la même strate démographique, l’augmentation était en moyenne de 54 euros par habitant, soit plus du double !  Vous demandez ainsi 772,91 euros en moyenne par habitant au titre des taxes locales, alors que la moyenne des villes françaises est de 401 euros par habitant ! Soit près du double !!!

La dette : +4,8 millions maintenant ; « mais les frais financiers restent les mêmes qu’en 2007 » vous fait-on dire. Cette dette cependant, il faudra bien la rembourser un jour !!!! Alors que, dans le même temps, elle est restée stable dans les autres communes, autour de  874 euros par habitant. Chez nous elle est passée à 2230 euros par habitant !!!!!

Et tout ça, malgré le recours à tous les expédients possibles et imaginables, comme la vente du patrimoine pour près de 10 millions d’euros. 

Décidément, vous persistez et signez dans cette politique et nous ne pouvons cautionner votre DOB qui prévoit 5 millions de dépenses d’investissement, alors que la sagesse voudrait que l’on ne dépasse pas 3 millions par an ».

riche

Yves Michel : « Reprenons votre intervention depuis le début. Vous affirmez que j’aurai dépensé 15 millions en fonctionnement en 2011. C’est faux !!! Vous y incluez les opérations d’ordres, qui ne sont que des écritures comptables. Voici les vrais chiffres : dépenses de fonctionnement 2007 : 9,745 millions d’euros. Dépenses de fonctionnement 2011 : 10,713 millions ; dépenses de personnel 2007 : 6,535 millions. Dépenses de personnel 2011 : 7 millions. Les finances de la commune sont maîtrisées !!! Vous avez crié un jour « au secours, jamais vous n’arriverez à boucler votre budget sans augmenter les impôts de 10% ». Et bien si !!! Les augmentations d’impôt n’ont jamais dépassé l’inflation, malgré l’évolution des salaires et des grades, tout ça grâce à notre bonne gestion !!!! Et c’est cette bonne gestion qui nous permet d’avoir un niveau d’investissement sans précédent : 7 millions d’euros en 2012 !!! Cet argent provient des excédents dégagés. Songez qu’une ville comme Sète, avec ses 45 000 habitants, consacre chaque année 14 à 15 millions pour ses travaux !!!!

Ces travaux sont aussi financés par l’emprunt. C’est normal. Prenez deux ménages. L’un gagnant 2 000 euros par mois, l’autre 10 000. Celui qui gagne 10 000 aura certainement un niveau d’endettement supérieur parce qu’il aura des frais supérieurs.

Moi, je n’ai pas comme vous augmenté les taux d’imposition de 80%. Vous rendez-vous compte ! Un Marseillanais qui payait 100 euros d’impôts en 2001 en payait 180 à la fin de votre mandat !!!! C’est pour cela que nos concitoyens vous ont renvoyés là où vous êtes actuellement : sur les bancs de l’opposition ».

 

David Sauvade : « Vous confondez pression fiscale et augmentation d’impôt et vous en faites une sauce totalement fantaisiste ... Nous n’avons jamais augmenté les impôts de 80% !!!  Vous l’avez dit vous-même : comment financez-vous vos travaux ? Par l’emprunt et par les excédents. Les excédents, ils viennent en effet bien de quelque part. C’est le fruit des augmentations d’impôts continues que vous faites subir aux Marseillanais pour satisfaire votre politique démesurée : vous vous comparez à Sète désormais, une ville ayant 6 fois plus d’habitants !!! Dans votre exemple fictif d’un couple gagnant 10 000 euros, ceux-là font ce qu’ils veulent de leur argent, parce qu’ils l’ont gagné par leur travail. Mais vous, vous dépensez des fonds qui ne sont pas les vôtre, ils appartiennent aux contribuables !!!! Marseillan n’a pas la capacité financière pour satisfaire vos ambitions. Moi aussi, je voudrais une voiture avec la clim, le toit ouvrant, une piscine, un camping car. Je ne les ai pas, parce que je n’en ai pas les moyens. Donc je me limite, c’est tout. Vous devriez en faire de même, ce serait une politique de sagesse ».

 

Williams Méric : « Pour revenir à l’argumentaire défendu par Monsieur Sauvade, la comparaison entre les dépenses de fonctionnement 2007 et les dépenses de fonctionnement 2011 est cohérente, puisqu’elle inclut pour ces deux exercices les écritures d’ordre. Vous critiquez ensuite notre bilan. Notre projet de requalification de la station avait débuté et avançait. Plus lentement qu’avec vous. Mais il avait le mérite de prendre en compte la totalité de Marseillan Plage et bénéficiait de larges subventions. Nous avons travaillé, mais le temps nous a manqué pour achever ce que nous avions commencé durant notre mandat. L’assainissement a été repris entièrement ; c’était des gros travaux, mais qui ne se voyaient pas. C’est grâce à notre action que vous pouvez maintenant vous attaquer à la surface… ».

 

Yves Michel : « L’assainissement vous a coûté zéro ».

 

Williams Méric : « Mais vos investissements, au contraire, sont démesurés : la vidéo surveillance, le changement de tous les véhicules de la ville pour plus d’un million, le PPP sur 20 ans etc. L’avenue de la Méditerranée est très belle, certes. Mais qu’en est-il de l’aménagement du reste de la station ? Des autres voiries, du chemin des campings, de l’avenue du Payrollet ? Comment allez-vous les financer ? Vous n’avez plus rien à vendre !!!! Ce que nous contestons, c’est le luxe de vos réalisations !!! Vous avez mis en place une machine à dépenser !!!!!

Revenons aux impôts : les hausses réalisées sous notre mandat vous ont bien servies !! Mais maintenant, la pression fiscale est devenue trop importante !! Je discutais avec un Marseillanais qui m’a annoncé qu’il allait partir, car il paie actuellement 6000 euros de taxes annuelles !!! ». [Bruits dans les travées de la majorité, dubitative à l’idée qu’un contribuable atteigne ce montant].

 

Yves Michel : « L’exil fiscal est à la mode en ce moment ».

 

Williams Méric : « Nous sommes près des 3000 euros pour un propriétaire d’une maison de  150 m². Arrêtez, au nom des Marseillanais !!!! ».

 

Voilà pour notre DOB 2013 ! La suite Bien Thau !!!!!