Nous avions proposé à plusieurs reprises à Yves Michel et à sa majorité une libre réponse à nos arguments sur ce blog. La timidité, sans doute, les en avait empêchés…

Interpellé par nous et par écrit sur l’affaire des tennis (voir notre article du 26 avril dernier) Yves s’est enfin fendu d’une réponse dans une lettre que nous vous livrons en intégralité ici.

lettre tennis yves michel

 

Cette missive appelle un certain nombre de commentaires.

« En premier lieu, [écrit Yves] vous parlez du caractère élevé de l’estimation des domaines. Cette estimation est réalisée en fonction d’une étude approfondie par les services de l’Etat avec une valorisation de l’existant ».

Nous n’avons jamais dit que cette estimation était « bidonnée ». Nous avons cependant relevé que des terrains mitoyens s’étaient vendus à un prix 5 fois inférieur.

Quand on veut acheter un bien, par exemple, on s’enquiert des prétentions du propriétaire. Et quand on s’aperçoit que ledit propriétaire en demande une somme exorbitante, on passe son chemin. C’est un réflexe de bon sens lorsqu’on est soucieux de ses économies … Cela aurait dû être le cas pour cette histoire de tennis, au regard de l’intérêt de la ville à se porter acquéreur du bien.

On aurait aimé que notre maire soit aussi respectueux de l’estimation des domaines il y a 4 ans. En 2009, en effet, il avait rejeté l’estimation de ces services pour acheter un terrain, argumentant que le prix proposé était à seulement 3,65 euros. Il l’avait acquis alors … A 12 euros le m² !!! Ce qui lui avait valu un rappel à l’ordre du préfet, alerté par nos soins.

On avait aussi émis des réserves sur l’argument avancé par Yves Michel, qui parlait d’un nécessaire « regroupement » des activités sportives: « Sur le regroupement, l’objectif est de regrouper les installations privées et publiques ». Soit le maire parle de la cohabitation sur le site des courts privés et publics, ce qui est déjà le cas, et en tout état de cause son projet de DUP ne changera rien à la donne. Soit il parle de « regrouper » les activités sportives de la commune sur un même site, mais comme les terrains ne changeront pas de lieu, cet argument ne tient pas non plus. Nous persistons et nous signons : il n’y aura pas de regroupement grâce ou à cause de la DUP !!!!

« Sur l’extension, il s’agit bien des fonctionnalités différentes offertes par et grâce au projet exposé aux élus. Les équipements seront rénovés et mis en sécurité ».

Et ils feront quoi en plus, les terrains, une fois achetés par la ville ? Tire-bouchons ? Ouvre-boites ? Promenades à poneys ? C’est ce qu’a oublié de nous préciser Yves Michel lors de son exposé devant le Conseil municipal, sauf à considérer que nous dormions tous à ce moment-là, et les spectateurs avec nous. Puisqu’il s’est borné à nous expliquer que nous nous trouvions en zone rouge du PPRI et qu’il était impossible de modifier sensiblement l’existant

« L’objectif, comme toute expropriation, est de mettre en avant l’utilité publique. Dans ce projet, l’intérêt de la population en général est réel ». Le projet de Yves se limite à racheter les terrains pour faire pivoter les courts de 45°. En cette période de crise, de chômage et de perte du pouvoir d’achat, que croyez-vous que crient les Marseillanais tous en chœur ? « Faites pivoter les terrains !!! Faites pivoter les terrains !!! » Ah !! Malheureuse opposition municipale !!! Que n’as-tu entendue la colère de nos concitoyens qui n’espèrent qu’une seule chose des élus de la ville : pouvoir jouer au tennis sur des courts pivotants ? Invoquer l’intérêt général est une plaisanterie … Tout simplement !!!!

Pour conclure, Yves repousse d’un revers de main nos arguments sur le mode du « Si t’es pas content t’as qu’à te plaindre à qui de droit ». : « Je vous rappelle qu’il vous appartient de déposer tout recours que vous jugerez utile au tribunal administratif comptent [sic !!] en la matière ».

Ça tombe bien, nous ne comptions pas justement nous arrêter en si bon chemin … La suite au prochain épisode pour savoir qui a tort et qui a raison !!!!