On continue le compte-rendu … Apres des points votés à l’unanimité (puisque tous les élus sont d’accord pour des actions concertées et fortes en matière de préservation de l’environnement), le reste des sujets a donné lieu à quelques débats plus houleux …

 

Point numéro 3 : DUP Tennis Projet de regroupement et d’extension du centre sportif communal

Revoilà les tennis !!! Un coup j’avance, un coup je recule … Yves Michel renonce à la DUP… Mais maintient son projet de rachat du site !!!

Explication avancée par le maire à la manière d’un coup de théâtre : selon lui la SCI Tennis D’Oc, gérante des terrains, n’ait jamais eu d’existence légale, puisqu’elle n’a « jamais été immatriculée au registre du commerce ». Que par conséquent elle n’est pas habilitée à discuter du rachat des tennis par la ville. Que, encore par conséquent, les tennis doivent être considérés comme une simple indivision et que, dans ce cas de figure, il suffit d’avoir un avis favorable des deux tiers des propriétaires indivis pour conclure la vente (contre 100% des porteurs de part dans le cas d’une SCI).

Tout ça pour dire que toutes les opérations menées par la ville jusqu’à présent n’ont plus d’objet, puisque les interlocuteurs privilégiés (à savoir les représentants de la SCI) n’étaient en réalité pas les bons !!!  Yves Michel propose ainsi d’annuler les délibérations antérieures relatives à la DUP.

Une autre explication peut-être avancée : suite à notre courrier, le Préfet a demandé à Yves de revoir sa copie …. 

David Sauvade : « Je ne comprends pas comment vous avez procédé. Il ya bien quelqu’un au départ qui vous a contacté, puisque vous avez déclaré lors d’un précédent conseil avoir été approché par des responsables des tennis qui vous ont proposé d’acheter les terrains ».

Yves Michel : « Oui, par son gérant ».

David Sauvade : « Mais enfin, il aurait dû vous apporter les preuves de son mandat et de sa représentativité, avec par exemple un procès verbal des actionnaires de la SCI signifiant leur volonté de vendre. J’ai demandé aux services de la ville de me fournir ces pièces, je n’ai jamais eu de réponse. Je comprends mieux maintenant ».

André Giron : « Vous ne pouvez pas aller au bout de votre DUP et vous cherchez une porte de sortie ! Qu’est-ce qui nous prouve que la prochaine assemblée générale des propriétaires indivis sera menée en bonne et due forme, vu que selon vous « il a été jusqu’alors impossible de les identifier tous » ? N’y a t-il pas des possibilités de trucage ? ».

Yves Michel : « Cette opération sera menée sous le contrôle du notaire chargée de la vente ».

David Sauvade : « Nous voterons contre votre délibération ».

Yves Michel : « Vous êtes contre cette DUP et ce soir je vous propose de l’annuler. Je ne comprends pas votre position. Je dis ça pour vous, dans un esprit de logique ».

David Sauvade : « Nous sommes contre cette DUP mais aussi contre l’achat des terrains de tennis au prix de 250 000 euros. Je rappelle que vous voulez acheter les terrains pour ne rien changer à l’existant, si ce n’est faire pivoter de 45° les courts. La délibération que vous nous proposez ce soir invoque effectivement l’annulation de la DUP (nous sommes pour) mais précise également qu’elle –je cite- « Donne tout pouvoir à M. le Maire ou M. Rouvier pour permettre d’atteindre l’objectif communal de regroupement et d’extension du centre sportif communal par tout autre moyen que la DUP ». Donc vous ne renoncez pas à acquérir les tennis. C’est un peu comme si vous nous disiez, au travers de cette délibération, « nous n’allons pas payer par chèque, mais par virement bancaire ». Cela ne change rien au fond du problème ».

Yves Michel : « Je demande à l’administration si on peut faire deux votes : l’un pour annuler la DUP, l’autre pour acheter les terrains par tout autre moyen que la DUP… [S’ensuit une discussion entre le maire et le directeur général des services]. Après concertation, je vous propose de supprimer le dernier paragraphe cité par M. Sauvade ; nous ne voterons ce soir que l’annulation de la DUP et comme cela votre vote sera compréhensible ».

André Giron : « Vous êtes trop bon ».

Yves Michel : « Je sais, c’est ma nature ».

Nous avons voté pour.

 

Point numéro 7 : exonération des redevances d’occupation du domaine public sur l’avenue de la Méditerranée

Pour cause de travaux effectués par la ville « entre le 1er octobre 2012 et le 30 avril 2013 », Yves propose d’exonérer des frais d’occupation du domaine public (25 euros le m²) les commerçants ayant souscrits une occupation du domaine public sur l’avenue de la Méditerranée à partir du 1er avril 2013, pour un total de plus de 9000 euros …

David Sauvade : « Les commerçants ont été gênés par les travaux entre le 1er et le 30 avril, certes. Mais est-ce une raison pour les exonérer pour toute la saison de leur redevance ?  N’aurait-il pas été plus juste de faire un prorata en leur proposant 1 mois de gratuité en avril ?».

Yves Michel : « Ce n’est pas ça. Nous avons imposé une charte de façade aux commerçants, comme pour le reste de l’avenue. En échange de ces travaux, les commerçants auront la gratuité d’occupation du domaine public pour l’année en cours ».

David Sauvade : « Expliquez-le clairement alors. L’énoncé de votre délibération semble avancer une autre raison ».

Nous avons voté pour.

 

Point numéro 9 : tarif d’accès à la mise à l’eau

Depuis l’année dernière, Yves fait payer la mise à l’eau de Marseillan Plage …

Williams Méric : « Nous voterons contre des nouveaux tarifs, comme nous avons voté contre son principe d’application en 2012. C’est une simple dalle en béton. Bientôt, à vous écouter, on paiera l’air qu’on respire. C’est n’importe quoi ! ».

Yves Michel : « Je vous rappelle que cette décision a été prise par le conseil portuaire, autorité en la matière. Lorsque la mise à l’eau était gratuite, les gens se garaient n’importe comment n’importe où autour de la zone et empêchaient les amodiataires de mettre les bateaux à l’eau, parce que vous avez mal conçu cet espace. Il a fallu procéder à la clôture et mettre en place un système de puces pour qu’enfin le site retrouve sa destination de mise à l’eau. Ces travaux ont eu un coût. C’est ce que nous faisons payer aux touristes souhaitant bénéficier des infrastructures du port. Je vous rappelle que chaque année le dragage du port coûte au budget des ports entre 80 000 et 100 000 euros. Il est donc naturel que ceux qui n’ont pas de bateaux dans le port contribuent à ces services. Cessez de jouer les prudes Arsinoé (1) !!!!  Vous êtes dans le pays des Bisounours (2) : « On ne fait pas payer la mise à l’eau parce qu’on est gentils ». Et tant qu’à être gentils, pourquoi ne pas offrir aux gentils touristes la gratuité des escales ? Mais qui paye alors ? ».

Williams Méric : « Si la mise à l’eau est encombrée, c’est simple ; faites respecter la loi, et verbalisez les contrevenants, c’est votre rôle de maire !!! Je le répète, faire payer une simple dalle en béton inclinée est un scandale, alors que les touristes consomment dans la station et dans la ville au bénéfice de tous ! Le port n’appartient pas à un groupe de privilégiés qui peuvent seuls décider de privatiser des espaces publics ! ».

 

(1)    Allusion au Misanthrope de Molière (1666). Ça n’a pas grand rapport avec le sujet, mais ça permet à Yves de placer un souvenir de collège …

(2)    Allusion au dessin animé de DIC et Nelvana (1985). C’est ce que regardait Yves à la télé quand il en avait marre de bouquiner « Le Misanthrope » ?

Nous avons voté contre.

 

Point numéro 13 : acquisition du terrain de l’ancienne station essence Marseillan Plage

La station service de Marseillan Plage est désormais fermée. Yves avait prévu de la racheter, mais le propriétaire n’ayant pas fait parvenir à temps ses titres, ce point de l’ordre du jour est retiré par le maire … Cette affaire risque de reparaître au prochain conseil …

 

Point numéro 14 : requalification du parc locatif de Marseillan Plage

Yves Michel a mandaté un groupement afin de rénover les bungalows municipaux de Marseillan Plage, pour un montant de 2,12 millions d’euros.

David Sauvade : « Nous voudrions en savoir plus avant de nous prononcer ».

Yves Michel : « Tout est dans la délibération ».

David Sauvade : « Pouvez-vous nous expliquer la phrase suivante « En raison des incertitudes liées aux délais de commercialisation du camping, le maître d’ouvrage souhaite modifier le phasage de réalisation » ?

Yves Michel : « C’est pourtant clair, non ? ».

David Sauvade : « Je suppose que « le camping », c’est le camping de Pisse-Saumes. Préparez-vous la réfection conjointe du camping et des bungalows ? ».

Yves Michel : « Non, cela veut dire que nous attendons de savoir quel va être le devenir du camping ».

David Sauvade : « Il faut vous arracher les mots de la bouche et faire des extrapolations sur vos déclarations. Je n’ai pas de dictionnaire Français/Yves Michel avec moi !!! Si je comprends bien, vous voulez vendre le camping de Pisse-Saumes, et vous voulez rénover les bungalows avec l’argent de la vente ».

Yves Michel : « Vous avez compris ».

David Sauvade : « Imaginons maintenant que cette vente ne se fasse pas. Allez-vous quand même rénover les bungalows ? Dans l’un ou l’autre cas, quel budget supportera le coût des travaux ? Sera-ce le budget Marseillan locations, ce qui serait plus logique, ou le budget général ?

Nous n’avons pas de plan, donc nous ne pouvons pas nous faire d’idée sur vos options : vous indiquez que vous allez démolir les bungalows baptisés « estivales » et « occitanes ». Allez-vous les remplacer ? Par quoi ? Il y a en outre de grands espaces inexploités au milieu du parc. Prévoyez-vous de redensifier la zone, et si oui, comment le PPRI le permettra t-il ?

Yves Michel : « Le PPRI ne permet pas de redensifier la zone. Donc elle restera à l’identique ».

David Sauvade : « C’est bien ce que je pensais. Vous ne pouvez, dans le cadre du PPRI, que démolir pour reconstruire sur de mêmes surfaces au sol ».

André Giron : « Je vous soupçonne de vouloir rénover les bungalows pour mieux les revendre ensuite ».

Yves Michel : « Est-ce que ma volonté c’est de vendre les bungalows ?! Bien sûr que non, puisque je m’apprête à les raser !!! » [C’est dit texto : si quelqu’un a trouvé un dictionnaire Français/Yves Michel, qu’il n’hésite pas à nous proposer une traduction].

David Sauvade : « Vous voulez investir 2 millions et quelques dans cette opération. Le budget des bungalows est annuellement de 350 000 euros. Avez-vous prévu un plan de financement et de remboursement des crédits ? Nous n’avons que 100 bungalows. Comment arriverez-vous à équilibrer l’opération ? ».

Yves Michel : « Les tarifs proposés aux touristes peuvent être multipliés par 3 ou 4 si on intègre aux parcs des services permettant des les valoriser ».

David Sauvade : « Je n’irai pas jusque là, mais vous avez raison dans la mesure où dans l’hôtellerie de plein air de luxe les bungalows se louent à plus de 1000 euros la semaine. Vous nous convaincriez davantage si vous pouviez nous exposer votre plan de financement ».

Yves Michel : « ça commence à bien faire. Vous doutez de mes capacités à mener ce projet à bien, alors que j’ai assuré la pérennité de toutes les entreprises que je dirige depuis de nombreuses années. Je ne vais pas expliquer à Monsieur Giron ce qu’est la technologie, lui qui est professeur dans ce domaine. Ayez un minimum d’humilité, vous qui durant votre mandat avez détruit le camping du Gourg de Maffre et qui prétendez donner des leçons à la terre entière ! ».

David Sauvade : « Monsieur le maire, si vous étiez professeur de modestie, vous auriez beaucoup de redoublants dans votre classe ! [Rires dans le public] Je rappelle que le Gourg de Maffre était dans un état déplorable quand nous avons été élus en 2001 et … » [Yves Michel coupe le micro de Sauvade].

Yves Michel : « Le sujet n’est pas ce soir le Gourg de Maffre. Le débat est clos ».

David Sauvade [Hors micro] : Mais c’est un monde !!! C’est vous qui attaquez sur le Gourg de Maffre ! Et comme vous êtes coincé, vous mettez fin au débat !!!!

Il semblerait en fait que notre maire « qui a assuré la pérennité des entreprises qu’il a dirigé depuis des nombreuses années » ait oublié de faire quelques calculs basiques de gestion sur les bungalows … Gare pour la suite !!!!

Nous nous sommes abstenus.

 

Point numéro 17 : constitution d’un jury de concours pour le projet de création d’un gendarmerie

Ouf ! ça y est !!! Suite au « tapage de poings sur la table » du colonel de gendarmerie et de notre député, le maire est redevenu plus conciliant avec les services de l’Etat, puisqu’il acte désormais la création d’une gendarmerie sur la base d’une construction directe financée par la ville (voir notre précédent compte-rendu de conseil).

Afin de définir les besoins et selon la loi, il met en place un jury de concours composé d’élus. Williams Méric, titulaire, et André Giron, suppléant, seront membres de ce jury pour défendre le point de vue de l’opposition et que ce projet soit enfin mené à terme !

 

Questions diverses

Sylvie Ortin : « J’ai reçu le livre-jeu des « vacances à Marseillan » édité par la ville. Merci ! Mais qui relis ce type de magazine ? ».

Yves Michel : « Ce sont les services et le directeur général des services, et enfin les élus ».

Sylvie Ortin : « J’ai fait travailler mes filles dessus. Essayez de faire le jeu page 6. La réponse est incompréhensible ! ».

Mickaël Gueylard [Directeur Général des Services] : « Ma fille m’a fait la même remarque ! ».

Nous : « Faites relire vos productions par des enfants la prochaine fois, il y aura moins de risques d’erreurs ! ».

 

Le conseil municipal s’est terminé par l’intervention de M. Ouhmédi, commerçant à Marseillan Plage, dans une affaire qui l’oppose à son voisin, également commerçant. Il accuse Yves Michel de prendre fait et cause pour son voisin, et de ne pas faire respecter les droits de l’urbanisme dans sa copropriété. Yves s’est fait houspiller pendant 20 minutes… M. Ouhmédi a demandé à ce que l’opposition soit saisie de ce problème, et Yves, hors conseil, a proposé une date de réunion pour mettre les choses à plat. [la réunion s’est effectivement tenue ce vendredi].

Voilà ! Ouf ! Nous en avons terminé avec ce conseil. Merci de nous avoir suivis et à très Bien Thau pour de nouvelles aventures !!!!