Le budget : Encore de belles bagarres !

Un Conseil municipal marathon … nous avions 23 points à l’ordre du jour, dont plus d’une dizaine directement liés aux budgets … la séance a été levée au bout de 3 heures et demie de débat !

Il faut dire que la municipalité avait fait fort : nous avions à discuter au cours du même Conseil de l’approbation des comptes 2009 et du budget primitif 2010. En règle générale, ces deux points sont dissociés et votés séparément.

On reprend pour ceux qui auraient raté les épisodes précédents : chaque année, comme le veut la loi, le vote du budget comprend 3 étapes :

-          Le débat d’orientation budgétaire,

-          Le vote du budget primitif, c’est à dire du budget prévisionnel pour l’année en cours,

-          La validation des comptes du budget précédent, avec l’affectation des excédents ou des déficits à reporter sur l’année suivante.

Sous la municipalité Méric, le budget pour l’année en cours était voté fin décembre, de manière à pouvoir dès janvier commencer les travaux prévus. Yves Michel a au contraire attendu le dernier carat pour faire voter le sien, ce qui entraînera un retard conséquent sur les besoins en équipement de Marseillan … Mais bon, il n’est pas à ça près !!!!

Les Bleus contre les Rouges ….

L’adoption des comptes pour le budget 2009 a donné lieu a une grosse empoignade. Yves Michel (on ne peut pas citer ses adjoints ou conseillers, vu que lui seul parle en Conseil) a tenté, comme d’habitude, de démontrer que la précédente équipe avait dilapidé l’argent de la commune, mais que grâce à lui, nous vivions désormais dans le meilleur des mondes.

Nous avons eu droit à une projection de graphiques censés appuyer ses dires : en bleu, les années où la commune était bien gérée (avant 2001, sous Benoit, et après 2008, sous Michel) et en rouge le moment où les bolcheviks socialos communistes que nous sommes (entre 2001 et 2008) ont jeté l’argent par les fenêtres en volant les honnêtes gens ….

On a bien sûr rigolé sur les couleurs, choisies selon le maire « parce que ce sont celles qui se voient le mieux ».

Nous : (ironiques) « On croyait que vous étiez apolitique, Monsieur le maire ! (1) »

Yves Michel : « Ma liste est apolitique ! »

Williams Méric : « Il n’y a pas de honte à avoir des idées ! Je suis socialiste, et vous ne devez pas être honteux  de militer dans un parti, je trouve cela estimable, même si ce parti soutient des idées qui ne sont pas les miennes ».

L’arroseur arrosé …

Quels ont été les arguments d’attaque de Yves Michel sur son budget 2009 ?

Toujours graphiques à l’appui, le Maire a expliqué doctement : « sous la précédente municipalité, le bénéfice moyen dégagé était de 600 000 euros par an ; grâce à mon travail et à celui de mes élus, nous avons réussi a doubler ce bénéfice, qui est passé à 1,322 millions d’euros ; c’est bien la preuve qu’en étant attentif au moindre centime d’euro dépensé, mes élus et moi-même avons retrouvé le chemin d’une saine gestion, abandonné pendant 7 ans par la précédente municipalité ».

Williams Méric : « ce ne sont pas des « bénéfices » que vous dégagez, mais des excédents, qui sont reportés sur le budget suivant, nuance ».

David Sauvade : « Il y a là quand même quelque chose de bizarre : la municipalité Benoit (en bleu) comme la nôtre (en rouge) arrivaient au même niveau d’excédent. Or depuis que vous êtes élu, curieusement, les excédents ont été multiplié par 2. Je vais vous dire pourquoi : vous avez volontairement gonflé les dépenses prévisionnelles pour arriver à ce résultat ».

Yves Michel : « Donnez-moi des preuves de ce que vous avancez ! ».

David Sauvade : « Il suffit pour cela de savoir lire un budget ; allez, je vais vous expliquer puisque visiblement vous ne savez pas : vous aviez prévu dans votre budget primitif, en dépenses de personnel et en dépenses de charges courantes, 1 million d’euros de plus qu’en 2008. J’avais soupçonné dans un premier temps que votre volonté d’embauche ; mais il n’en a rien été. Vous avez en fait dépensé strictement la même somme entre 2008 et 2009. Et en plus, entre temps, avec votre audit bidon, vous avez décrété que la commune était en faillite et qu’il fallait augmenter les impôts. Donc tranquillement, vous avez dégagé des marges confortables ».

Yves Michel : « je ne comprends rien à ce que vous racontez ».

David Sauvade : « Je la refais avec un exemple simple ; imaginons un Marseillanais qui tienne scrupuleusement ses comptes ; il constate que, chaque année, il dépense environ 2500 euros par an en essence, car il voyage beaucoup : en 2007, 2500 euros, en 2008, 2500 euros … Pour 2009, afin d’établir son budget annuel, il prévoit 5000 euros en essence et finalement, il ne dépense que …2500 euros. Va t-il alors se dire « Chouette ! j’ai fait 2500 euros d’économie en essence par rapport à l’année dernière ? » Ben non, parce qu’il aura dépensé en 2009 la même somme en essence qu’en 2008. C’est pourtant ce que vous tentez de nous faire croire pour votre budget 2009 ! ».

Williams Méric : « Vous thésaurisez dans le seul but de mettre de l’argent de côté et de présenter des comptes anormalement positifs ».

David Sauvade : « Il est normal de surestimer les dépenses d’un budget primitif de façon a être à l’abri d’imprévus ; En règle générale, cette surestimation est de l’ordre de 5%. Mais chez vous on atteint plus de 10% que cela soit pour le fonctionnement ou pour l’investissement ; vous avez lancé pour près de 6 millions d’euros de travaux, mais vous avez annulé 1,4 millions d’euros de commandes. Et dans le même temps, vous avez augmenté les impôts de 19% : vous ne savez pas gérer un budget ! ».

1)         Yves Michel avait fait pendant longtemps de l’apolitisme son cheval de bataille, critiquant les engagements dans les partis, jusqu’au jour où on avait découvert qu’il avait sa carte à l’UMP !!!! On l’avait fait savoir et Yves Michel avait alors râlé en disant qu’on ne devait pas « se mêler de sa vie privée » Si si !!!!

La suite Bien Thau !!!!!!